Yokainoshima : derrière le masque, le mystère

L’arrivée d’une nouvelle exposition au Musée des Confluences marque toujours pour nous un grand moment. On trépigne d’impatience à l’idée de découvrir l’exaltant parcours qui nous fera autant vibrer que celui d’A la conquête du pôle Sud autrefois. On s’interroge sur le futur voyage qui suivra le ô combien dépaysant Antarctica. Et on laisse aller notre imagination, portés par l’envie de découvrir le nouveau dispositif scénographique qui nous surprendra. De quoi poser une légère pression sur les épaules des divinités et démons Yokainoshima : esprits du Japon. Et pour cause !

Yokainoshima - Exposition Musée des Confluences

Installée depuis cet été, Yokainoshima : esprits du Japon porte sans nul doute le fier sceau du Musée des Confluences. Il suffit en effet de rentrer dans sa pièce principale pour se retrouver nez à nez avec un immense temple rouge, une pièce maîtresse qui a elle seule pourrait devenir le symbole de cette exposition. Un pendant japonais de la pomme de Venenum ou de la table aussi tactile que maline d’Hugo Pratt. Bref, un élément clé très photogénique qui convoque les sens tout en marquant les esprits. En somme, un dispositif très marque de fabrique que l’on retrouve dans la plupart des expositions du Musée.

Copier/coller

Mais là où les clous du spectacle faisaient habituellement sens, ce temple n’est pratiquement là que pour l’ambiance. L’exposition se révèle en effet être une jolie mais simple mise en dialogue des photographies de Charles Fréger et des oeuvres de la collection d’Emile Guimet. Une conversation qui rentre en résonance avec celle déjà entamée par Hugo Pratt, où les oeuvres répondaient cette fois à l’oeuvre de l’auteur de bande dessinée. La partition prend donc rapidement un air de déjà joué. Même si les notes ont un peu changé.

Yokainoshima - Exposition Musée des Confluences

Face à ces témoignages de spiritualité, et avec une connaissance personnelle proche de zéro du contexte, l’entrée en matière est difficile. On aimerait être un peu plus pris par la main, découvrir une narration plus forte… En résumé : avoir les clés pour débuter le voyage. Les 83 photographies présentées sont magnifiques. Elles intriguent, étonnent, questionnent. Et le jeu des lumières et des reflets créé avec les vitrines des 230 objets présentés fonctionne à merveille. Mais si l’ensemble est, à l’image de son joli temple rouge, très esthétique, il livre son sens assez difficilement. Quitte à parfois laisser l’impression d’avoir bien coché les cases d’un cahier des charges sans souci de pédagogie. Un défaut d’autant plus dommage que l’extrait de l’exposition présentée en gare de Perrache est quant à lui limpide. Un bon point autant qu’un mauvais : on en apprend parfois bien plus dans une gare que dans un Musée, le tout grâce à un Musée.

Yokainoshima - Exposition Musée des ConfluencesYokainoshima - Exposition Musée des Confluences

Yokainoshima : esprits du Japon
Musée des Confluences
Jusqu'au 25 août 2019
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.