Bouillon Baratte : le bon goût de fourchette

Bouillon Baratte : le bon goût de fourchette

L’avantage avec le train de la hype, c’est qu’on peut le regarder nous passer sous le nez sans regret. Une heure plus propice viendra forcément pour découvrir ce que le nouvel entrant de la scène culinaire lyonnaise a dans le ventre. Pour Bouillon Baratte, ce moment est largement venu. Près de deux ans après l’ouverture de cette superbe brasserie, et alors que les bouillons se sont fait voler la vedette par luxueux sandwichs et autres smashed burgers, nous voilà prêts à tâter du purée saucisse et de l’oeuf mayo. L’esprit léger et le ventre affamé.

Appâtés par la promesse sans doute un peu régressive d’un saucisse purée, nous avons poussé la porte de Bouillon Baratte en n’en connaissant que le menu. Et encore, simplement les plats saillants. Des mets bien connus qui semblent vouloir gagner un peu de superbe dans cet établissement grâce à un bien joli traitement. La promesse était motivante. Le décor l’est encore plus. C’est en effet un peu scotchés par la beauté du lieu que nous nous préparons à en découvrir la cuisine.

Bouillon Baratte Lyon, atmosphère

Dans un esprit brasserie, Bouillon Baratte développe un univers chaleureux, ponctué de petites touches art déco, industrielles et de bons mots. Carreaux aux murs et au sol, banquettes rouges et mobilier en bois. L’ensemble crée une atmosphère qui emballe avant même le premier coup de fourchette. Et donne envie de revenir bien plus nombreux pour profiter du lieu. Mais avant de réunir toute la famille, une étape s’impose : savoir si le goût est aussi au rendez-vous.

Classiques indémodés

Et là, pas de surprise, on ne vous là fait pas. Au moment de commander, il a bien entendu fallu passer par l’étape Saucisse Purée. Oui mais une saucisse de la région (circuit court quand tu nous tiens…). Accompagnée de son écrasé de pommes de terre et son jus de viande d’été. Un plat de résistance introduit par un oeuf mayo béarnaise, venu tout droit de Chaponnay.

Oeuf mayo béarnaise

Aux accents du sud-ouest, cette entrée a su annoncer la couleur du reste du repas : celle de classiques élaborés avec amour du bon produit et de la petite touche en plus qui fait la différence. Pimpé à l’estragon, l’oeuf mayo prend ainsi une autre dimension. Tandis que l’écrasé de pommes de terre livre un dialogue musclé avec sa saucisse, pas franchement prêt à se laisser dicter sa conduite. Tous deux s’affirment ainsi avec corps, montrant leur force mais aussi leur douceur. C’est bon et c’est copieux. Un sans faute.

Le fameux saucisse purée de Bouillon Baratte

Assiettes enjouées

Si les classiques sont à l’honneur au menu de Bouillon Baratte, ils ne sont toutefois pas les seuls. A leurs côtés figurent un bon nombre de propositions jouant la carte de la fraicheur et de la créativité. Un appel du pied auquel il est tout aussi difficile de résister. Pendant que l’oeuf mayo s’invite dans une assiette, c’est tout aussi logiquement que le tataki de thon aux agrumes fait son apparition dans la seconde avec la volonté de marquer les esprits. Le thon y côtoie en effet des agrumes tantôt sucrés, tantôt acidulés, qui livrent une partition parfaite avec le poisson. C’est frais, c’est bon, et même la salade et les carottes râpées séduisent le palais.

Tataki de thon aux agrumes

Difficile d’enchaîner avec un purée saucisses ? C’est ce que l’on s’est aussi dit. L’entrée ayant donné le tempo, l’autre partie du duo a donc continué dans la lignée de la créativité en misant sur l’Oeuf Parfait bio. Un challenger venu avec son lot d’accompagnants : crémeux de pomme de terre, printanière de légumes et jambon de pays. Le tout servi dans un même plat, pour plus de plaisir dans la cuillère. Plongeant à la rencontre d’un petit pois, d’un bout de jambon ou de jaune d’oeuf, le couvert apporte à chaque remontée son lot de surprises. Du plaisir régressif en toute distinction. On a tout bon.

Oeuf Parfait crémeux de pomme de terre, printanière de légumes et jambon de pays

La fraise sur le gâteau

Un repas sans fausse note, du pain jusqu’au vin, ne peut évidemment se conclure sans un dessert. Et pour ne rien gâcher, il a plutôt intérêt à être à la hauteur du reste de la partition. Le Vacherin à l’abricot confit et sorbet thym s’est donc invité à notre table aux côtés de la Tarte aux fraises pour conclure cette belle aparté. Deux propositions surprenantes.

La première par son goût très travaillé, avec sa meringue presque moelleuse. La seconde par sa déstructuration imprévue et non précisée dans le menu. Exit la classique tarte et adieu la crème pâtissière. L’invitée surprise bouscule en offrant à la place une réponse gourmande sur le thème de la fraise. Et tant pis pour la zone de confort cocoonée tout au long du menu. Pour la note ultime, la créativité a pris le dessus. Toute en fondant et craquant. Et on l’accepte bien volontiers après avoir été autant dorloté.

Vacherin abricot confit et sorbet thym
Tarte aux fraises
Bouillon Baratte
25 Rue du Bât d'Argent
Lyon 1er
Ouvert tous les jours de midi à minuit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.