Venenum : cassage d’intox, esprit détox

Invitation à croquer la pomme et savourer son savoir, Venenum, un monde empoisonné, distille habillement son venin au Musée des Confluences. A la fois historique, anthropologique, pharmacologique et biologique, l’exposition joue sur tous les tableaux pour dresser le portrait du poison, ce protagoniste devenu malgré lui tueur et sauveur.

Venenum - Musée des Confluences - Blog Une Vie à Lyon

Une dualité qui s’affiche dès le début de la visite, résumée en une simple pomme plantée dans une végétation ondulante. Ecarlate, attirante, sauvage et fascinante mais aussi, probablement, un brin dangereuse, notre hôte donne le ton. Epicentre de l’exposition, et visible tout le long du parcours, elle convoque pêle-mêle l’Eden, Blanche-Neige, le danger, la tentation, la connaissance, la fertilité et l’interdit. Une richesse de propos qui sera celle du parcours composé de 400 objets et de plus de 60 spécimens en vivarium.

Comme un poison dans l’eau

Dispositif de défense à l’état sauvage ou outil pour servir les fins les plus meurtrières, Venenum montre le poison sous toutes ses formes. Et fait l’inventaire des croyances qui l’ont entouré au fil des siècles. Oeuvres d’art et objets de la vie courante en témoignent. Tandis que l’on finit logiquement par s’interroger. Qui de la mygale croisée quelques minutes plus tôt ou de nos produits de beauté représente le vrai danger ?

Les affiches prônant les mérites d’une crème de beauté au radium semblent fournir la réponse. Comme les petits soldats de plomb sagement alignés. Des témoignages qui doucement s’accumulent. A l’image de ces affiches montrant le recyclage des gaz asphyxiants de la 1ère Guerre mondiale, utilisés pour dératiser les cultures. Poissons, serpents et insectes deviennent soudain forts sympathiques.

Venenum - Musée des Confluences - Blog Une Vie à Lyon

Une conclusion qui rejoint celle du parcours de Venenum. Entre croyances et recherches scientifiques, le poison montre en effet son meilleur profil. Celui qui guérit et devient remède. Mais ne fait pas oublier le chemin parcouru. Affirmant plus que jamais la dualité de ce sauveur meurtrier.

 

Venenum, un monde empoisonné
Musée des Confluences
Jusqu'au 13 avril 2018
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.