Carmelo : trattoria, épique mamma

Carmelo : trattoria, épique mamma

Carmelo, c’est l’Italie en presqu’île. Un bon coup de botte dans la rue Neuve. Mais Carmelo c’est surtout une idée. Et une proposition : offrir un voyage idéalisé à travers un pays tant apprécié. Autant vous le dire tout de suite, c’est plus que réussi.

Gros plan sur une pizza chez Carmelo à Lyon

La porte s’ouvre, l’air est un peu frais, l’ambiance de la rue paisible à côté de celle des centaines de salles survoltées de Carmelo. Déjà, les souvenirs se croisent et s’entrechoquent. La meule de parmesan d’au moins neuf cent kilos. L’assiette de pasta bianca capable de nourrir un petit pays pendant trois jours. Le tiramisu servi directement de la marmite à l’assiette. Les millions de bouteilles présentes sur les étagères. Les serveurs et serveuses… combien étaient-ils déjà ? Au moins huit cent. Peut-être huit mille, on ne sait plus. L’ambiance ? La Mostra de Venise en standing ovation. Et puis ces bruits de verres cassés, les couverts entrechoqués. L’accent italien un peu partout. On crie, on chante, on tape dans les mains. Et on court. Tout le temps.

Le bon tempo

Chez Carmelo, rien n’est comme ici. Tout est dans l’ailleurs. C’est l’Italie quand on y pense. L’Italie comme on se l’imagine. Et c’est le but. Offrir un voyage, une croisière, au pays des pizzas, des pastas et de la mozarella. Au risque de flirter parfois avec l’absurde et le grotesque. Sans dépasser les limites. Car Carmelo sait y faire et s’arrêter à temps. Surtout, la trattoria assure un service impeccable. Tout en offrant une carte riche aux saveurs indéniables. Dans des proportions souvent un peu extrêmes.

Riches et savoureuses, les entrées se veulent à partager. Au risque de ne pas pouvoir enchaîner ensuite sur une pizza ou des pasta. Ce serait dommage. D’autant que chez Carmelo, tout est à goûter. Avec des cuissons maîtrisées et cet art si compliqué de la cuisine juste un peu trop salée. La carte changeant régulièrement, on ne conseillera rien de précis. Tout en repensant avec délice à notre beignet de fleur de courgette farci au fromage (Fiori di Zucca Ripieni), cette aubergine grillée de si belle manière (Melanzane con crema di burrata) ou une assiette de mortadelle (picante) à tomber à la renverse.

Beignets fleur de courgette chez Carmelo à Lyon
Pizza chez Carmelo à Lyon
Un dessert excessif chez Carmelo à Lyon

Les « Carbonara dans la meule » ? Incontournables. A condition d’aimer la vraie recette. L’authentique. Et d’avoir l’estomac prêt pour le pecorino. Les pizzas ? Toutes sur une pâte fondante et très légèrement croustillantes. Et s’il y a peu de choix, aucun ne sera une erreur tant les compositions s’avèrent réussies. Coup de coeur du blog : la Queen’s Gambit, son jambon, ses champignons, mozzarella fior di latte et huile d’aneth.

Dolce vita

Quant au dessert. Comment résister au sacro-saint tiramisù. Servi au plat. A la louche. Vous en voulez encore ? Encore un peu ? Y’en a pas assez là non ? Reprenez-en une petite louche. C’est trop et pas assez à la fois. Si l’on aime le café, et la recette tradi. En cas de doute, d’autres douceurs assurent la relève. Pêle-même : la bonne glace du mois, un cheesecake « because why not », des salades de fruits ou de la tarte au chocolat. De quoi contenter tout le monde du début à la fin du repas.

Et puis la fin. L’heure de partir. De regarder autour de soi. Ces tables partout, Ces gens qui s’agitent. Une salle au fond, puis une autre, et encore une autre. Un escalier, une salle en bas. Et puis le doute. Est-on passé dans une autre dimension le temps d’un repas ? Quand la soirée se termine, que la porte est franchie et que l’on se retourne, Carmelo a l’air si petit. Presque minuscule. Pourtant à l’intérieur, tout est géant.

Carmelo
7, Rue Neuve, 69002, Lyon
Ouvert 7j/7
Réservation en ligne possible

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.